Vous êtes dans : Accueil > Aménagement et environnement > Objectif zéro phyto

Objectif zéro phyto

Objectif “zéro phytosanitaire” pour la ville !

Un environnement préservé et de qualité, un respect de la biodiversité, une protection de la santé publique. Tels sont les objectifs que la ville souhaite atteindre, à travers son engagement dans un programme “zéro phyto”, visant à supprimer petit à petit l’utilisation de pesticides et engrais chimiques dans les espaces publics.

Au-delà de la décision politique, la réussite d’un tel changement de pratique nécessite l’engagement des services municipaux. Ainsi, le personnel communal a été sensibilisé et formé aux nouvelles méthodes d’entretien.

 

 

 

Des modes de désherbage alternatifs sont utilisés tant dans les espaces verts que dans les équipements sportifs et voirie :

  • traitement thermique à gaz : brûlage des herbes indésirables.
  • traitement manuel : binette, sarcloir, balayeuse sont les principaux outils et équipements utilisés pour nettoyer les trottoirs, caniveaux, bords de route.
  • paillage, utilisation de plantes couvre sols.
  • gestion différenciée appliquée dans chaque espace de la ville.

Avec la réduction drastique des produits phytosanitaires, c’est une ville avec plus d’herbe aux pieds des arbres, entre les pavés ou sur le bord de certaines voies qui apparaît.

Changeons notre regard sur les herbes folles. Elles ne sont pas le signe d’un laisser-faire mais plutôt d’une richesse de biodiversité.

Les pesticides, les risques pour votre environnement :

  • L’eau :
    En 2006, 90% des rivières et 53% des nappes phréatiques françaises étaient contaminées par les pesticides. (source Ifen 2006).
  • L’air :
    25 à 75% des quantités épandues sont emportées par le vent.
  • La biodiversité :
    La faune et flore sont menacées notamment les auxiliaires (les abeilles, par exemple, participent pleinement au développement de la nature).

Les pesticides, les risques pour votre santé :

  • Les aliments :
    48% des aliments français contiennent des pesticides et 4% dépassent les limites maximales en résidus (LMR) et sont donc non conformes à la règlementation.
  • L’organisme humain :
    Irritations, vomissements, pertes de conscience... sont autant de symptômes néfastes pour le corps humain.

 

La France, championne en consommation de pesticides !

J’élimine les pucerons et limaces, je détruis les herbes sauvages…Tels sont souvent les réflexes des jardiniers amateurs désireux d’avoir un jardin bien entretenu. Or, savez-vous que la France est le 1er pays européen consommateur de pesticides et le 4e au niveau mondial ?

Les pesticides ou produits phytosanitaires sont des substances chimiques destinées à détruire ou ralentir le développement des herbes indésirables, maladies, organismes jugés nuisibles pour les cultures. Or, connaissez-vous l’impact pour votre santé et votre environnement ?

Conseils

Eviter les maladies

Les méthodes préventives et un bon sens de l’observation sont les 2 meilleurs alliés du jardinier.

  • Arroser au pied des plantes, quelques heures avant la tombée de la nuit.
  • Couper les feuilles qui touchent le sol pour limiter la propagation.
  • Respecter les rotations pour casser les cycles de développement des maladies et parasites.
  • Renforcer la résistance des plantes.
  • Améliorer la fertilité (avec de l’apport de compost par exemple), stresser le moins possible les plantes selon les saisons et le climat, aérer les plantes, choisir les espèces et variétés résistantes.
  • Associer les cultures en fonction de leur voisinage.
  • Eviter de trop rapprocher les espèces botaniques qui peuvent être attaquées par les mêmes nuisibles.

Limiter les ravageurs

Certaines méthodes préventives utilisées pour les maladies le sont aussi pour lutter contre les ravageurs.

  • Favoriser les prédateurs dits « auxiliaires ». Les musaraignes, hérissons, coccinelles, libellules sont d’excellents prédateurs qui apprécient les coins de végétation dense ou haies fleuries.
  • Créer des abris spécifiques type nichoir, mangeoire pour les oiseaux, petits murets pour les lézards.
  • Aménager des barrières ou pièges contre les parasites. Par exemple, des pièges à bière et cendres de bois contre les limaces, des voiles anti-insecte.
  • Désherber à la main avec une binette, un sarcloir...

Obtenir un sol fertile et vivant

Un sol bien structuré permet de limiter les maladies, ravageurs et herbes indésirables.

  • Pratiquer la technique du paillage. Couvrir le sol avec de la paille ou bois de taille broyé par exemple, pour limiter la pousse des herbes indésirables et les pertes en eau, pour protéger le sol du tassement et des intempéries.
  • Utiliser du compost ou fumier. Pour renforcer les résistances des cultures et fertiliser le sol.
  • Utiliser des engrais verts. Ces plantes cultivables à croissance rapide permettent à la fois de structurer et de protéger le sol de l’érosion et du tassement.
  • Utiliser du purin d’ortie et de consoude. Ces deux plantes engrais sont très riches en éléments fertilisants et favorisent le développement des cultures.

 

 

 

 

 

 

 

Avant de traiter votre jardin, posez-vous les bonnes questions :

Est-ce nécessaire de traiter ?

  • Des fois, il suffit juste de retirer le pied malade pour éviter la propagation de la maladie.

Est-ce le bon traitement ?

  • Vérifier auprès d’un conseiller compétent qu’il est autorisé pour l’usage en question et qu’il porte la mention « Emploi Autorisé pour les Jardins » (EAJ).

Est-ce le bon dosage ?

  • Bien lire l’étiquette afin d’éviter une surconsommation de produit, nuisible aux végétaux traités et à l’environnement.

 

Haut de page