Aller au menu Aller au contenu

Apprentissage : une classe « allophone » à l’école Célestin-Freinet

Apprentissage : une classe « allophone » à l’école Célestin-Freinet

Pour sa 3e rentrée, l’école élémentaire Célestin-Freinet propose un dispositif d’aide aux enfants nouvellement arrivés en France (UPE2A). Un coup de pouce pour dépasser progressivement les barrières de la langue.

« Ils ont entre 6 et 11 ans, viennent d’arriver en France avec leur famille et le français n’est pas leur langue maternelle : cette année, nous accueillons 12 écoliers allophones au sein de notre école », explique Nathalie Jamin, enseignante en charge du dispositif UPE2A. À son arrivée, chaque enfant passe un test pour permettre d’évaluer son niveau en termes de mécanismes d’apprentissage. Par petits groupes, les élèves se réunissent ensuite plusieurs fois par semaine dans l’ancienne salle informatique, définitivement reconvertie en salle de français langue seconde (FLS). « L’objectif est de donner à ces enfants les outils pour se débrouiller seuls en milieu scolaire et pouvoir les intégrer le plus rapidement possible dans une classe traditionnelle à temps plein ».

Pour Sarah (Portugal), Fatima (Pakistan), Madalina (Roumanie), Oum Saâd (Maghreb), Kamélia (Italie) et Diaguely (Mali), le cours commence avec le rappel des acquis : se présenter, donner la date et le temps qu’il fait aujourd’hui. Suivront la révision de l’alphabet, des chiffres, des couleurs et, pour cette séance, un travail de phonologie sur le son [on]. « Il faut de la patience et avancer au rythme de chaque enfant. Pour certains, il suffit d’un déclic pour que tout se débloque. Pour d’autres, c’est un peu plus long. Mais ce qui les réunit tous, c’est l’apprentissage d’une nouvelle langue commune », souligne l’enseignante. Cette section est ouverte à tous les élèves de la ville, quel que soit leur secteur de scolarisation. Ces dernier peuvent ensuite retourner dans leur école de secteur après un an de participation au dispositif.