Aller au menu Aller au contenu

Hommage à Alain Outreman

Hommage à Alain Outreman

Hommage à l'ancien Maire d'Achères de 1998 à 2014

« Être maire m’a rendu heureux… »

Engagé dans la vie politique achéroise depuis 31 ans et maire de la ville de 1998 à 2014, Alain Outreman a remis sa démission au Conseil Municipal le 30 septembre dernier. Homme politique, homme de gauche mais avant tout homme de convictions, ce dernier revient sur ces nombreuses années qu’il a consacrées au service des Achérois.

Le 30 septembre, vous avez siégé à votre dernier Conseil Municipal. Que ressentez-vous ?

Je quitte mes fonctions d’élu sans amertume, convaincu d’avoir tenu mon rôle avec désintéressement, enthousiasme et une volonté sincère de servir les Achérois. Depuis 31 ans que j’exerce mon mandat d’élu, Achères a bien changé. Elle est devenue une ville à la fois attirante et attachante. J’espère y avoir pris ma part, tout simplement. Mais je pense aussi à tous les élus qui m’ont accompagné, au personnel communal et aux cadres, à tous les acteurs de la vie associative et à nos partenaires que je veux remercier de m’avoir aidé à écrire ces chapitres de l’histoire notre ville. Ce fut une belle aventure et je veux ici redire mon attachement à Achères et à sa population, avec laquelle j’ai partagé tant de beaux moments et écrit de belles pages.

Être maire, est-ce un engagement total ?

Oui, un engagement de tous les jours. Je veux tout d’abord dire à quel point être maire d’Achères m’a rendu heureux. Évidemment, cette fonction est un sacerdoce qui exige des sacrifices et qui a eu un impact sur ma vie personnelle. J’ai par exemple dû renoncer à mon métier d’informaticien sachant qu’il eût été difficile de reprendre après cette interruption. Le temps consacré à la famille et aux loisirs s’en est également trouvé réduit, même si j’ai toujours tenu à conserver du temps pour mes enfants. Mais en retour, être maire m’a apporté d’immenses satisfactions : aller à la rencontre des autres, me sentir utile, me sentir vibrer…

Vos souvenirs les plus marquants ?

L’organisation des « Assises de la Ville » a profondément marqué le début de mon premier mandat. Elles ont constitué une période inédite en termes de rencontre, d’écoute et de dialogue en direct avec mes concitoyens. Nos luttes contre la traversée de l’A104 et de lignes à haute tension dans la plaine d’Achères, nos parrainages de sans-papier.s.. Les différentes fêtes de la Ville, que j’ai eu à cœur de pérenniser année après année, me laissent aussi de très belles images en tête, avec une mention spéciale pour la Fête de l’Amitié. Les Fêtes doivent continuer à vivre à Achères. Elles sont à la fois des marqueurs d’une identité commune et des vecteurs de partage de nos différences. À cette occasion, je tiens à féliciter l’équipe en place pour les nouveautés apportées la Fête du Céleri.

Les réalisations dont vous êtes le plus fier ?

Les négociations menées avec le Ville de Paris pour le rachat des terrains dans la plaine, mettant fin à plus d’un siècle d’épandage des eaux usées de l’agglomération parisienne. Je suis également fier de la zone commerciale du Grand Cèdre que nous avons conçue avec l’objectif de créer un bel espace dynamique qui puisse coexister avec nos commerces de centre-ville. Et puis, la création du Fest’Hivernal, de la patinoire et d’Achères Plage, évidemment.

Les moments les plus durs ?

Le jeudi 6 mars 2003 à 6h00 du matin, lorsque les forces de police sont venues déloger les familles roms installées à Achères pour les expulser hors du territoire. J’ai également été blessé par les contre-vérités, fausses rumeurs et calomnies relayées à mon égard par certains, à différents moments de ma vie politique…

Si vous aviez un dernier message « politique » à faire passer ?

À Marc Honoré, ainsi qu’à toute son équipe, je souhaite la meilleure réussite possible pour les 6 années à venir. Nos échanges, quelquefois un peu virulents mais toujours emprunts de respect mutuel, donnaient aux conseils municipaux une saveur toute particulière, propice au débat d’idées. J’enjoins aussi cette toute nouvelle jeunesse politique, que je vois avec satisfaction arriver sur nos bancs, à ne rien lâcher et à trouver sa place à Achères, quitte à faire un pied de nez aux Anciens ! Enfin, je fais confiance aux nouveaux élus de l’opposition et à Jessica Dorlencourt qui va reprendre sa place au conseil municipal, suite à ma démission.

Une nouvelle page s’ouvre pour vous. Comment comptez-vous l’écrire ?

De longues balades en forêt avec mon chien, sortir et voyager avec mon épouse… Et maintenant que j’ai plus de temps, j’aimerais remonter loin en arrière mon arbre généalogique pour identifier à la première famille Outreman en France. Le théâtre fait partie de ma vie depuis déjà plusieurs années et je compte bien, dès que le contexte sanitaire le permettra, lui accorder une place plus importante encore. Peut-être me verrez-vous un jour sur scène jouer l’Avare et cacher tout mon argent… Un vrai rôle de composition, n’est-ce-pas ? (sourire…)